Select this search icon to access the amnesty.ca search form

Main menu

Letter to The Honourable Peter MacKay, Minister of Justice and Attorney General on Violence against Indigenous Women

    June 10, 2014

    June 10, 2014

    The Honourable Peter MacKay
    Minister of Justice and Attorney General of Canada
    House of Commons
    Ottawa, Ontario
    Canada K1A 0A6

    RE: Implementation of existing recommendations needed to address violence against Indigenous women

    Dear Minister MacKay,

    The shocking rate of violence faced by First Nations, Inuit and Métis women and girls in Canada is nothing less than a national human rights crisis.

    Responding to the growing demand for a National Public Inquiry into this crisis, you have repeatedly stated that Canada needs action, not more studies. To support this position you have distributed a list of 40 reports that previously examined the issue of missing and murdered Indigenous women and girls or related factors that put Indigenous women and girls at risk.

    Minister MacKay, as an organization that wrote two of the reports on your list, Amnesty International strongly objects to our work being used as a justification for not calling a National Public Inquiry into violence against Indigenous women.

    The list of 40 reports is not a defence of the government’s record or approach. When we reviewed this list, what we found was an extensive body of recommendations which have largely been ignored at all levels of government. Furthermore, we noted that many of the reports were prepared by organizations that have since faced dramatic budget cuts that have undermined or altogether prevented their doing continued work on these issues.

    In other words, this list of 40 reports is an indictment of the continued refusal of governments in Canada to listen to and act on the recommendations coming from organizations and commissions that have already looked in the issue and called for genuine and effective action.

    The vastly disproportionate rate of violence experienced by Indigenous women and girls requires not just any action, but action that is well-informed, consistent with the gravity and pervasiveness of the violence, and carried out in collaboration with the affected families and expert organizations that best understand the unique patterns of violence threatening the lives and safety of Indigenous women and girls.

    As Amnesty International has repeatedly stated, the actions taken by the federal government to date fall far short of what is needed to protect the human rights of Indigenous women and girls. We have stood alongside the Native Women’s Association of Canada and many others in calling for a comprehensive and coordinated National Action Plan that includes and is informed by a National Public Inquiry. And we have welcomed the support of provinces and territories for a National Public Inquiry. In rejecting calls for such an inquiry, your government is denying Indigenous families and all Canadians one of the crucial tools needed to put Canada on the right course.

    Ten years ago, when we published our “Stolen Sisters” report, we noted that numerous studies had already identified measures needed to reduce the threats to Indigenous women and girls and to ensure effective police response when their lives are in danger. Our point was not that the work had already been done and the concerns addressed. To the contrary, we noted that important gaps remained in public understanding of the unique patterns of violence facing Indigenous women and girls. Even more importantly, we pointed out that the vast majority of recommendations already brought to the attention of government had gone unimplemented. We called for previous inquiries and studies to be reviewed and implemented. Sadly this has never happened.

    We did not, at that time, call for a national public inquiry. We hoped that once there was public acknowledgement of the horrific rates of violence facing Indigenous women and girls, responsible governments would act immediately to implement the most urgently needed measures to ensure Indigenous women’s safety and work with Indigenous women to develop and implement, as soon as possible, a comprehensive, coordinated long term plan of action. This has not happened. Indeed, the failure to do so has been so great that one of the most obvious and necessary first responses, for the national police service to identify and make public its best information on the numbers of missing and murdered Indigenous women, has only just happened now, ten years after the release of our report. What this tells us is that much greater transparency and accountability is needed. That concern alone urgently necessitates a national public inquiry.
    This failure to act is a blatant contravention of the fundamental human rights obligation of all governments to take every reasonable measure to protect the rights to live free from violence and discrimination.

    We are not alone in pointing out this failure. Most recently, the BC Missing Women Commission of Inquiry (2012) noted that the majority of “very practical” recommendations from the 2006 Highway of Tears Symposium had gone unimplemented. Indigenous peoples’ organizations and frontline service providers are now raising serious concerns over the implementation of the BC Inquiry’s recommendations.

    The BC Inquiry report, the Highway of Tears Symposium report, and reports which we cited in 2004 – the Royal Commission on Aboriginal Peoples and the Manitoba Justice Inquiry – are all on the list which you’ve circulated.

    To be clear: no one wants to add another unimplemented and ignored inquiry report to this growing list of shame. Critically, however, this very obviously does not have to be the fate of a National Public Inquiry. To the contrary, properly constituted and supported, a National Public Inquiry can ensure that the voices of affected families and communities are finally heard and listened to, and it can serve to hold all levels of government accountable for real and meaningful action to stop the violence.

    Minister MacKay, we couldn’t agree more that Canada needs action. The federal government should develop a framework for action with Indigenous women’s organizations, which includes a National Public Inquiry and a comprehensive and time bound National Action Plan on violence against Indigenous women. This action should be grounded in recommendations from previous studies. And most importantly, action must be responsive to the needs of the very community whose rights are in need of protection.

    Sincerely,
       
    Alex Neve                                                   Béatrice Vaugrante
    Secretary General                                      Directrice Générale
    Amnesty International Canada (English)    Amnistie internationale Canada
                                                                      francophone

    Le 10 juin 2014

    L’honorable Peter MacKay
    Ministre de la Justice et procureur général du Canada
    Chambre des communes
    Ottawa, Ontario
    Canada  K1A 0A6

    Objet : La mise en application des recommandations actuelles nécessaires pour combattre la violence envers les femmes autochtones

    Monsieur le ministre,

    Au Canada, le taux alarmant de violence à laquelle font face les femmes et les jeunes filles inuites, métis et des Premières nations ne constitue rien de moins qu’une crise nationale des droits humains.

    En réponse à la demande croissante pour une enquête publique à l’échelle nationale sur cette crise, vous avez répété à plusieurs reprises que le Canada doit agir et non procéder à d’autres études. Afin d’étayer votre position, vous avez distribué une liste de 40 rapports qui ont déjà étudié la question de la disparition et du meurtre de femmes et de jeunes filles autochtones, ou des facteurs associés qui présentent un danger pour les femmes et les jeunes filles autochtones.

    Monsieur le ministre, en tant qu’organisation ayant rédigé deux des rapports de votre liste, Amnistie internationale s’oppose fermement à l’utilisation de son travail comme justification pour ne pas demander une commission d’enquête publique nationale sur la violence faite aux femmes autochtones.

    La liste de 40 rapports n’est pas une défense du bilan ou de l’approche du Gouvernement en cette matière. Lorsque nous avons fait la revue de cette liste, nous avons trouvé un vaste ensemble de recommandations qui avaient été pour la plupart ignorées par tous les paliers du Gouvernement. De plus, nous avons remarqué que plusieurs de ces rapports avaient été préparés par des organisations qui, depuis lors, ont fait face à de très importantes coupures budgétaires, qui ont miné la poursuite de leur travail sur ces questions ou qui l’ont complètement interrompue.  

    En d’autres termes, cette liste de 40 rapports représente la mise en accusation du continuel refus des gouvernements au Canada d’écouter et d’agir suite aux recommandations d’organisations et de commissions qui ont déjà examiné la question, et qui ont réclamé une action véritable et efficace.

    L’énorme disproportion du taux de violence à laquelle sont confrontées les femmes et les jeunes filles autochtones ne requiert pas n’importe quelle action, mais une action bien informée, qui soit adaptée à la gravité et à la nature envahissante de cette violence, et qui soit réalisée en collaboration avec les familles touchées et les organisations expertes qui sont à même de comprendre le mieux les conditions uniques de violence qui menacent la vie et la sécurité des femmes et des jeunes filles autochtones.  

    Comme l’a déclaré à plusieurs reprise Amnistie internationale, les actions entreprises jusqu’à maintenant par le Gouvernement fédéral sont insuffisantes pour protéger les droits humains des femmes et des jeunes filles autochtones. Nous avons appuyé l’Association des femmes autochtones du Canada et plusieurs autres groupes dans leur demande pour un plan d’action national complet et coordonné qui comprendrait une commission d’enquête publique nationale et qui serait informé par elle. En rejetant les demandes pour une telle enquête, votre gouvernement prive les familles autochtones ainsi que tous les Canadiens d’un des outils indispensables nécessaires pour placer le Canada sur la bonne voie.

    Lorsque nous avons publié notre rapport sur la campagne « Nos sœurs volées » il y a dix ans, nous avions fait remarquer que plusieurs études avaient déjà identifié des moyens de réduire les menaces envers les femmes et les jeunes filles autochtones, et d’assurer une réponse efficace de la part de la police lorsque leur vie est menacée. Notre argument n’était pas de dire que le travail avait déjà été fait et qu’on avait répondu aux préoccupations, bien au contraire. Nous avions fait remarquer qu’il subsistait d’importants manques dans la compréhension que le public a des conditions uniques qui caractérisent la violence à laquelle sont exposées les femmes et les jeunes filles autochtones. Et ce qui est plus important encore, nous avions indiqué que la très grande majorité des recommandations qui avaient déjà été soumises à l’attention du Gouvernement n’avaient jamais été appliquées. Nous avions demandé que les enquêtes et les études antérieures soient réexaminées et mises en application. Il est triste de constater que rien de cela ne s’est fait.

    Nous n’avions pas, à ce moment-là, demandé une commission d’enquête publique nationale. Nous avions espéré qu’à partir du moment où il y aurait une reconnaissance publique de l’horrible taux de violence auquel sont exposées les femmes et les jeunes filles autochtones, des gouvernements responsables agiraient immédiatement pour mettre en place les mesures jugées les plus urgentes pour garantir la sécurité des femmes autochtones et pour travailler avec elles à l’élaboration et la mise en application, le plus tôt possible, d’un plan d’action à long terme qui soit complet et coordonné. Ceci ne s’est pas produit. En fait, cette inaction a conduit à un tel échec, qu’une des premières réponses les plus évidentes et les plus nécessaires pour que la police nationale puisse identifier et diffuser sa meilleure information sur le nombre de femmes autochtones disparues ou assassinées, ne s’est produite que maintenant, dix ans après la publication de notre rapport. Ceci nous montre qu’il faut qu’il y ait une transparence et une imputabilité beaucoup plus grandes. Cette préoccupation à elle seule démontre l’urgente nécessité d’une commission d’enquête publique nationale.
    Cette inaction contrevient de manière flagrante aux obligations en matière de droits humains fondamentaux qu’ont tous les gouvernements de prendre toutes les mesures raisonnables pour protéger le droit de vivre à l’abri de la violence et de la discrimination.

    Nous ne sommes pas les seuls à souligner cet échec. Très récemment, la commission d’enquête sur les femmes disparues en Colombie Britannique (2012) a fait remarquer que la plupart des recommandations « très pratiques » issues du symposium de la « Route des pleurs » en 2006, n’avaient pas été appliquées. Les organisations des peuples autochtones ainsi que les fournisseurs de services de première ligne soulèvent maintenant de graves inquiétudes au sujet de la mise en application des recommandations de la commission d’enquête de la Colombie Britannique.

    Le rapport de la commission d’enquête de la Colombie Britannique, le rapport du symposium de la «Route des pleurs », et les rapports que nous avons cités en 2004 — la commission royale sur les peuples autochtones et la commission d’enquête sur l’administration de justice et les Autochtones du Manitoba — font tous partie de la liste que vous avez distribuée.

    Que ce soit bien clair : personne ne veut ajouter à cette liste de la honte, un autre rapport d’enquête qui finira sur une tablette. Il est primordial cependant que ça ne soit pas le sort réservé au rapport d’une commission d’enquête publique nationale. Bien au contraire, une telle commission convenablement constituée et soutenue peut garantir que les familles et les communautés touchées soient entendues et écoutées, et elle peut servir à rendre tous les paliers du Gouvernement imputables pour qu’une action réelle et significative soit entreprise pour mettre fin à la violence.

    Monsieur le ministre, nous sommes entièrement d’accord avec l’idée que le Canada a besoin d’agir. Le Gouvernement fédéral devrait élaborer un cadre d’action avec les organisations de femmes autochtones qui comprendrait une commission d’enquête publique nationale ainsi qu’un plan d’action national, assorti de délais, sur la violence faite aux femmes autochtones. Cette action devrait être basée sur les recommandations des études antérieures. Et ce qui est plus important encore, cette action devrait répondre aux besoins de la communauté dont les droits requièrent une protection.

    Veuillez agréer, Monsieur le ministre, nos salutations distinguées.
       

    Alex Neve                                                   Béatrice Vaugrante
    Secretary General                                      Directrice générale
    Amnesty International Canada (English)    Amnistie internationale Canada
                                                                       francophone

     

    Open Letter to the Honourable Peter MacKay