Select this search icon to access the amnesty.ca search form

Main menu

Facebook Share

Canada must protect the rights of sex workers during COVID-19 by ensuring access to emergency income supports

    June 04, 2020

    On May 22, over 20 women’s rights and equality-seeking organizations in Canada wrote a joint letter to the federal government, calling for low-barrier emergency income supports for sex workers, who thus far have been left out of the pandemic response in Canada.

    In response, rather than moving forward with a mechanism to provide income supports to sex workers, government responded in a subsequent meeting with advocates by suggesting that local organizations working with sex workers apply to the $350 million Emergency Community Support Fund announced in May by Minister of Families, Children, and Social Development Ahmed Hussen. Most sex worker rights groups and other grassroots organizations serving marginalized communities do not fit the stated criteria to apply for such funds because they are often not registered non-profits or charities, and are made up of the marginalized individuals who have been left out of the pandemic response. In addition, the Fund does not cover income replacements.

    Most recently, the United Way—one of the three organizations distributing grants through the Fund—updated their FAQ section to emphasize that “this funding is for front-line community services for COVID-19 relief. The funding cannot be used to provide income replacement for individuals. Agencies that meet our eligibility criteria and are providing services and supports to individuals who need income supports, such as undocumented people or sex workers, can certainly apply for funding to serve these communities through eligible activities related to food security, mental health support, etc.”

    While food security in the form of grocery cards is important, sex workers require income supports to cover other necessities like rent and medication.

    Three months into the pandemic response, Canada continues to fail its most marginalized community members by neglecting to uphold the rights of sex workers. With no end to the pandemic in sight, government must act with urgency to provide low-barrier and accessible emergency income supports or cash equivalents to sex workers via the community organizations that serve them.

    UNAIDS has called “on all countries to take immediate, critical action, grounded in human rights principles, to protect the health and rights of sex workers” such as by ensuring “access to national social protection schemes for sex workers, including income support schemes.”

    The government of Canada’s lack of action on this issue is shameful.

    Joint letter to government (French version is below)

    May 22, 2020

    Minister Maryam Monsef

    Minister for Women and Gender Equality and Rural Economic Development

    22 rue Eddy
    Gatineau, QC J8X 2V6

    RE: Emergency income supports for sex workers urgently needed

    Dear Minister Monsef,

    Thank you for your steadfast commitment to women’s rights and gender equality, including your prompt action to mobilize funding to address the gendered impacts of the pandemic. We write at this time to urge that—further to your mandate to ensure that GBA+ is conducted of all government decisions—you ensure that sex workers and other women and gender diverse people working in informal economies and criminalized contexts, are not left out of the COVID-19 response.

    Sex workers are one of the most marginalized groups in Canada. Since the start of the pandemic, many sex workers have stopped direct-contact sex work to comply with social distancing guidelines. Others are out of work with the closure of strip clubs and massage parlours. Some sex workers—including those most marginalized—are not able to stop working and face an increased risk of surveillance. Most sex workers abruptly lost all their income, but because of the precarious and criminalized nature of their work, many sex workers do not qualify for CERB or other emergency income supports.

    Internationally, UNAIDS released a public statement on April 8, 2020, highlighting the concern that “as a result of the COVID-19 pandemic, sex workers all over the world are experiencing hardship, a total loss of income and increased discrimination and harassment.” The statement noted that “when they are excluded from COVID-19 social protection responses, sex workers are faced with putting their safety, their health and their lives at increased risk just to survive.” UNAIDS “calls on all countries to take immediate, critical action, grounded in human rights principles, to protect the health and rights of sex workers” such as by ensuring “access to national social protection schemes for sex workers, including income support schemes.”

    Faced with this situation, many sex workers’ organizations across Canada have conducted community fundraisers, in most cases providing $100 stipends to sex workers. But $100 is insufficient for sex workers to cover the cost of housing, food, and other essential for their families.

    Sex workers are stigmatized and targeted by the public, law enforcement and government, and many workers legitimately fear discrimination and avoid contact with government and social services. More marginalized workers may not have bank accounts. The criminalization of sex work is a direct barrier for sex workers who cannot and do not want to risk interacting with government agencies. This means that any government efforts to include these marginalized communities in emergency income supports must rely on civil society organizations with strong community connections who are best placed to receive funds and directly channel them to those who need them, and can provide anonymity and safety.

    The Prime Minister said that “Only by protecting each other can we protect ourselves.” To protect each other, and to ensure that human rights are at the centre of Canada’s pandemic response, the federal government’s pandemic response must recognize the vulnerabilities of particular communities and be non-discriminatory. Canada must guarantee equal access to income supports for sex workers.

    Minister Monsef, we call on you to take action to comply with UNAIDS’ urgent recommendations. As immediate first steps that should include:

    Urgently allocating funding to civil society organizations working directly with sex workers, with flexible granting mechanisms allowing organizations to transmit funds using pre-paid debit cards and other low-barrier methods to the communities they serve; and

    Meeting with sex workers’ rights organizations to discuss their concerns and jointly develop response strategies.

    We very much welcomed your Ministry’s swift action in transferring funds to Women’s Shelters Canada, empowering that organization to direct funds directly to women’s shelters across the country. We are asking you to do the same to ensure that some of the most marginalized women and gender diverse people are afforded the same access to emergency income supports as other people out of work across Canada.

    We hope to hear back from you soon. The Canadian Alliance for Sex Work Law Reform, an alliance of 26 sex worker rights groups across Canada—the majority of which are run by and for people who sell or trade sex—is available to virtually meeting with you at your earliest convenience to further discuss this matter. For more information and to schedule a meeting please email Jenn Clamen, National Coordinator, at contact@sexworklawreform.com. We plan to release this Open Letter publicly on May 30, and look forward to being able to include updated information about the government’s response to these concerns by that time.

    Thank you very much for your urgent attention to this pressing human rights issue. We look forward to hearing further from you and your officials.

    Sincerely,

    Signed by

    Action Canada for Sexual Health and Rights

    Amnesty International Canada (English)

    Amnistie internationale Canada francophone

    BC Civil Liberties Association

    Canadian Alliance for Sex Work Law Reform

    Canada Without Poverty

    Canadian Labour Congress

    Canadian Civil Liberties Association

    DisAbled Women’s Network of Canada

    Egale Canada

    Fédération des femmes du Québec

    International Women’s Rights Project

    Inter Pares

    Oxfam Canada

    National Association of Women and the Law

    Ontario Council of Agencies Serving Immigrants (OCASI)

    Social Planning Council of Winnipeg

    West Coast LEAF

    Women’s Legal Education & Action Fund (LEAF)

    Women’s Shelters Canada

    YWCA Canada

    Endorsed by

    Action LGBTQ avec immigrants et réfugié(e)s

    Action Santé Travesties et Transexuel(le)s du Québec

    Affirm United

    AIDS Committee Newfoundland and Labrador

    Alliance for South Asian AIDS Prevention

    AlterHéros

    ArQuives : Canada’s Queer Archives

    AVI

    Barbra Schlifer Commemorative Clinic

    Best Practices Policy Project 

    Butterfly Asian and Migrant Sex Workers Support Network

    Canadian AIDS Society

    Canadian Positive People Network

    Canadian HIV/AIDS Legal Network

    Caregivers' Action Centre

    CATIE

    Centre Associatif Polyvalent d'Aide Hépatite C

    Centre for Gender Advocacy

    Centre for Gender and Sexual Health Equity

    Chinese and Southeast Asian Legal Clinic

    Chinese Canadian National Council Toronto Chapter

    Church of the Holy Trinity Toronto

    Clinique Droits Devant

    Coalition des organismes communautaires québécois de lutte contre le sida

    Community Against Sexworker Stigma Edmonton

    Conseil Québécois LGBT

    Downtown Eastside Sex Workers United Against Violence

    ÉGIDES – l'Alliance internationale francophone pour l'égalité et les diversités

    Émissaire

    Enchanté Network

    Ending Violence Association of Canada

    Equality Fund

    Equitas

    Fédération des maisons d’hébergement pour femmes

    Femmes Autochtones du Québec inc.

    FIRST

    Gender Studies and Feminist Research Program Executive Committee, McMaster University

    Global Network of Sex Work Projects

    Good for Her

    Grenfell Ministries

    Health Providers Against Poverty

    Helping Hands Street Mission

    HIV Community Link Shift Program

    Huronia Transition Homes

    Hustle Heal Motivate

    Income Security Advocacy Centre

    Interagency Coalition on AIDS and Development

    Iskweu - Montreal Native Women’s Shelter

    Kiwassa Neighbourhood House

    Law Union of British Columbia

    Living in Community

    Maggie’s Indigenous Sex Workers Drum Group

    Maggie’s Toronto Sex Workers Action Project

    Men's Therapy Centre

    Migrant Sex Workers Project

    Mission Inclusion

    Nellie's

    Niagara Poverty Reduction Network

    Observatoire des profilages

    OHIP for All

    Oxfam-Québec

    Pacific AIDS Network

    PEERS

    Pivot Legal Society

    Planned Parenthood Toronto

    Plein Milieu

    Portail VIH/sida du Québec

    Positive Living Niagara

    Poverty Kills 2020

    POWER (Prostitutes of Ottawa-Gatineau Work Educate Resist)

    Projet d'intervention auprès des mineur.e.s prostitué.e.s

    Projet Lune

    Prostitutes Involved Empowered Cogent Edmonton

    Providing Advocacy, Counselling and Education (PACE) Society

    Rainbow Faith and Freedom

    Rainbow Refuge

    Rainbow Resource Centre

    Rézo, projet travailleurs du sexe

    Rights of Non-Status Women Network

    Safe Harbour Outreach Project

    Safe Space

    Sexual Assault Centre (Hamilton and Area)

    Sex Professionals of Canada

    Sex Workers Advisory Network of Sudbury

    Sex Worker Alliance of Niagara

    Sex Workers Allies and Friends Edmonton

    Sex Workers of Winnipeg Action Coalition

    Sher Vancouver LGBTQ Friends Society

    SheVibe

    SHORE Centre

    Showing up for Racial Justice Toronto

    Simone de Beauvoir Institute, Concordia University

    Sisters Trust Canada

    Skipping Stone Foundation

    Solidarité sans frontiers

    SOLID Outreach Society

    South Asian Legal Clinic of Ontario

    South Asian Women's Community Centre

    Speqtrum Hamilton

    Stella, l’amie de Maimie

    Supporting Women’s Alternatives Network

    SWAN Waterloo Region

    SWAP Hamilton

    Table des Organismes communautaires Montréalais de lutte contre le sida

    Toronto Rape Crisis Centre Multicultural Women Against Rape

    Union of BC Indian Chiefs

    West Coast Cooperative of Sex Industry Professionals

     

    CC:      Minister Chagger Bardish, Minister of Diversity and Inclusion; Minister Carla Qualtrough, Minister of Employment, Workforce Development and Disability Inclusion; Minister Patty Hajdu, Minister of Health; and Minister David Lametti, Minister of Justice; Minister Ahmed Hussen, Minister of Families, Children and Social Development

     

    Le Canada doit protéger les droits des travailleuses du sexe pendant la COVID-19 en garantissant l'accès à un soutien financier d'urgence

     

    Le 22 mai, plus de 20 organisations de défense des droits des femmes et de l’égalité au Canada ont écrit une lettre conjointe au gouvernement fédéral, appelant à un soutien financier d’urgence à faible barrière pour les travailleuses du sexe, qui jusqu’à présent ont été exclues de la riposte à la pandémie au Canada. En réponse, plutôt que d'aller de l'avant avec un mécanisme pour fournir un soutien financier aux travailleuses du sexe, le gouvernement a répondu lors d'une réunion ultérieure avec des défenseurs en suggérant que les organisations locales travaillant avec les travailleuses du sexe appliquent au Fonds de soutien communautaire d'urgence de 350 millions de dollars annoncé en mai par le ministre de Familles, enfants et développement social Ahmed Hussen. La plupart des groupes de défense des droits des travailleuses du sexe et d'autres organisations de base au service des communautés marginalisées ne répondent pas aux critères énoncés pour demander de tels fonds car ils ne sont souvent pas des organisations à but non lucratif ou caritatives enregistrées et sont constitués des individus marginalisés qui ont été exclus de la réponse à une pandémie. De plus, le Fonds ne couvre pas les remplacements de revenu.

     

    Plus récemment, Centraide - l'une des trois organisations qui distribuent des subventions par le biais du Fonds - a mis à jour sa section FAQ pour souligner que «Ce financement est destiné aux services communautaires de première ligne pour l’aide liée à la COVID-19. Il ne peut être utilisé pour fournir un remplacement de revenu aux individus. Les organismes qui répondent à nos critères d’admissibilité et fournissent des services et un soutien aux personnes nécessitant une aide au revenu, comme les sans-papiers ou les travailleurs du sexe, peuvent assurément demander un financement pour servir ces communautés en menant des activités admissibles liées à la sécurité alimentaire, au soutien en santé mentale, etc. »

     

    Bien que la sécurité alimentaire sous forme de cartes d'épicerie soit importante, les travailleuses du sexe ont besoin d'un soutien financier pour couvrir d'autres besoins tels que le loyer et les médicaments.

     

    Trois mois après le début de la riposte à la pandémie, le Canada continue de faire échouer les membres de sa communauté les plus marginalisés en négligeant de faire respecter les droits des travailleuses du sexe. Sans fin de la pandémie en vue, le gouvernement doit agir de toute urgence pour fournir aux travailleuses du sexe des soutiens financiers d'urgence accessibles et à faible barrière ou des équivalents de trésorerie via les organismes communautaires qui les servent.

    L'ONUSIDA a appelé «tous les pays à prendre des mesures critiques immédiates, fondées sur les principes des droits de l'homme, pour protéger la santé et les droits des travailleuses du sexe», notamment en garantissant «L'accès aux programmes nationaux de protection sociale pour les professionnel(le)s du sexe, y compris aux plans d’aide liés à la perte de revenus. »

     

     Le manque d’action du gouvernement du Canada sur cette question est honteux.

     

     Lettre conjointe au gouvernement:

     

     

     

    22 mai 2020

     

    Ministre Maryam Monsef

    Ministre des femmes, de l'égalité des sexes et du développement économique rural

    22 rue Eddy

    Gatineau, QC J8X 2V6

     

    OBJET: Un revenu de soutien d'urgence pour les travailleuses du sexe est nécessaire de toute urgence

     

     

    Cher ministre Monsef,

     

    Merci de votre engagement indéfectible en faveur des droits des femmes et de l'égalité des sexes, y compris votre action rapide pour mobiliser des fonds pour faire face aux impacts spécifiques au genre durant la pandémie. Nous vous écrivons pour insister sur le fait que - conformément à votre mandat de veiller à ce que l'ACS + soit menée dans toutes les décisions du gouvernement - vous vous assurez que les travailleuses du sexe, les autres femmes et les personnes avec d’autres identités de genre travaillant dans des économies informelles et des contextes criminalisés ne sont pas exclus de la réponse à la COVID-19.

     

    Les travailleuses du sexe sont l'un des groupes les plus marginalisés au Canada. Depuis le début de la pandémie, de nombreuses travailleuses du sexe ont cessé le travail du sexe par contact direct pour se conformer aux directives relatives à l'éloignement social. D'autres sont sans travail avec la fermeture des clubs de danse érotique et des salons de massage. Certaines travailleuses du sexe - y compris les plus marginalisées - ne sont pas en mesure d'arrêter de travailler et font face à un risque accru de surveillance. La plupart des travailleuses du sexe ont brusquement perdu tous leurs revenus, mais en raison de la nature précaire et criminalisée de leur travail, de nombreuses travailleuses du sexe ne sont pas éligibles au PCU ou à d'autres aides d'urgence au revenu.

     

    À l'échelle internationale, l'ONUSIDA a publié une déclaration à la presse le 8 avril 2020, soulignant la préoccupation que «la pandémie de COVID-19 place les travailleuses du sexe du monde entier face à des épreuves, à une perte totale de revenus, ainsi qu’à une hausse de la discrimination et du harcèlement». La déclaration a noté que «lorsque ces personnes sont exclues des ripostes à la COVID-19 pour ce qui est de la protection sociale, elles se retrouvent confrontées au choix difficile de mettre leur sécurité, leur santé et leur vie en danger juste pour survivre». L'ONUSIDA «invite les pays à prendre des actions essentielles et immédiates dans le respect des droits humains afin de protéger la santé et les droits des travailleuses du sexe», notamment en garantissant «L'accès aux programmes nationaux de protection sociale pour les travailleuses du sexe, y compris aux plans d’aide liés à la perte de revenus».

     

    Face à cette situation, de nombreuses organisations de travailleuses du sexe à travers le Canada ont organisé des collectes de fonds communautaires, accordant dans la plupart des cas des allocations de $100 aux travailleuses du sexe. Mais $100 n’est pas suffisant pour que les travailleuses du sexe puissent couvrir les frais de logement, de nourriture et d'autres éléments essentiels pour leurs familles.

     

    Les travailleuses du sexe sont stigmatisées et ciblées par le public, les forces de l'ordre et le gouvernement, et de nombreuses travailleuses craignent légitimement la discrimination et évitent tout contact avec le gouvernement et les services sociaux. Les travailleuses plus marginalisées peuvent ne pas avoir de compte bancaire. La criminalisation du travail du sexe est un obstacle direct pour les travailleuses du sexe qui ne peuvent pas et ne veulent pas risquer d'interagir avec les agences gouvernementales. Cela signifie que tous les efforts du gouvernement pour inclure ces communautés marginalisées dans le soutien du revenu d'urgence doivent s'appuyer sur des organisations de la société civile ayant de solides liens communautaires qui sont les mieux placées pour recevoir des fonds et les acheminer directement vers les personnes qui en ont besoin, et peuvent assurer l'anonymat et la sécurité.

     

    Le Premier ministre a déclaré: «Pour nous protéger, il faut d’abord nous protéger les uns les autres.» Afin de se protéger mutuellement et de faire en sorte que les droits humains soient au cœur de la réponse du Canada en cas de pandémie, la réponse du gouvernement fédéral en cas de pandémie doit reconnaître les vulnérabilités de certaines communautés et être non discriminatoire. Le Canada doit garantir l'égalité d'accès au soutien du revenu pour les travailleuses du sexe.

     

    Madame la Ministre Monsef, nous vous demandons de prendre des mesures pour vous conformer aux recommandations urgentes de l’ONUSIDA. Comme premières étapes immédiates qui devraient inclure:

    1. d’allouer d'urgence des fonds aux organisations de la société civile travaillant directement avec les travailleuses du sexe, avec des mécanismes d'octroi flexibles permettant aux organisations de transmettre des fonds à l'aide de cartes de débit prépayées et d'autres méthodes à faible barrière aux communautés qu'elles servent; et
    2. de rencontrer des organisations de défense des droits des travailleuses du sexe pour discuter de leurs préoccupations et élaborer conjointement des stratégies de réponse.

     

    Nous nous félicitons vivement de la rapidité avec laquelle votre ministère a transféré des fonds à Refuge pour femmes Canada, ce qui a permis à cette organisation d'affecter des fonds directement aux refuges pour femmes à travers le pays. Nous vous demandons de faire de même pour garantir que certaines des femmes les plus marginalisées et des personnes avec d’autres identités de genre aient le même accès aux soutiens au revenu d'urgence que les autres sans emploi à travers le Canada.

     

    Nous espérons avoir de vos nouvelles bientôt. L'Alliance canadienne pour la réforme des lois sur le travail du sexe, une alliance de 26 groupes de défense des droits des travailleuses du sexe à travers le Canada - dont la majorité est dirigée par et pour des personnes qui vendent ou échangent des relations sexuelles - est disponible pour vous rencontrer virtuellement le plus tôt possible pour discuter plus en détail cette question. Pour plus d'informations et pour planifier une réunion, veuillez envoyer un courriel à Jenn Clamen, coordonnatrice nationale, à contact@sexworklawreform.com. Nous prévoyons de publier cette lettre ouverte le 30 mai et nous espérons pouvoir inclure d'ici là des informations actualisées sur la réponse du gouvernement à ces préoccupations.

    Merci beaucoup pour votre attention concernant ce problème urgent des droits humains. Nous attendons avec impatience d’avoir de vos nouvelles de votre part et de vos fonctionnaires.

     

    CC: Ministre Chagger Bardish, ministre de la diversité et de l'inclusion; La ministre Karla Qualtrough, ministre de l'Emploi, du Développement de la main-d'œuvre et de l'inclusion des personnes handicapées; La ministre Patty Hajdu, ministre de la Santé; et le ministre David Lametti, ministre de la Justice

     

     

    rights